A la recherche du silence absolu

Si quelques ambiances sonores sont un ravissement pour un hyperesthésique, le silence, ou l’absence de sons l’est tout autant. Une expérience inoubliable.

L’oreille absolue

J’ai découvert il y a quelques années ce qu’était l’oreille absolue. J’en ai été complétement bluffé (et franchement jaloux, je dois l’avouer…), moi qui adore écouter de la musique mais qui suis malheureusement incapable d’en jouer et encore moins d’en chanter.

La compagnie musicale

Par contre, je suis tout le temps entouré de musique. Dans mon bureau, dans la maison, dans la voiture, … Mais jamais sur mon GSM. Le son est trop mauvais. Et, petit luxe, la belle musique se laisse écouter sur une belle installation. Que les notes soient bien rendues, que la dynamique soit bonne et que la profondeur du son soit rendue. Tout cela pour un non-mélomane. Mais ma sensibilité m’accorde peut-être des circonstance atténuantes…

L’hyperesthésie du son

Je me suis souvent posé la question de l’hyperesthésie du son. Qu’est-ce ? Ne pas supporter les fausses notes et les sons disgracieux ? Mais qui les supporte ? Un mélomane ou un non-voyant ne sont-ils pas hyperesthésiques de l’oreille ? Je suis prêt à le penser. Je crois que personnellement je ne supporte pas l’inconfort sonore. Je dis souvent que le plus grand luxe d’une voiture, c’est son silence. La mienne n’est que très peu luxueuse ☹…

Il est clair aussi que se retrouver dans un groupe avec plusieurs conversations est une épreuve... Peut-être est-ce notre limite ou notre fragilité dans ce domaine.

La souffrance de l’acouphène

Je connais quelques personnes qui souffrent d’acouphènes. Je peux imaginer la souffrance et l’épuisement qui doit être les leurs. Pas de répit, pas de fuite possible… Le stress est un facteur qui le favorise, mais il n’est pas toujours facile de lutter contre le stress (sinon, quel bonheur…).

Le silence absolu

Voici où je voulais en venir. Avez-vous déjà fait l’expérience du silence absolu ? Si vous l’avez rencontré, vous ne pouvez pas l’avoir ignoré. Pour ma part, ce fut une révélation. Mais il est très rare. Aller n’importe où en Belgique, dans la nature, vous ne serez pas à l’abri du bruit. Dans le coin le plus perdu de la forêt ardennaise, tendez l’oreille, vous entendrez une voiture sur une route. C’est incroyable. Si durant quelques instants, vous n’entendez pas de voiture, vous entendrez le vent dans les branches, la rivière qui coule, le chant des oiseaux, des grillons. Bien sûr, tout n’est pas moche… ouf ! En ville, même avec les portes fermées, sauf dans des cas très précis de studios d’enregistrement (et encore, c’est plutôt du confinement !) vous ne pourrez pas avoir le silence absolu.

Ma rencontre

Ma rencontre avec le silence absolu s’est faite par hasard.

J’aime la montagne. Je m’y réfugie parfois, seul l’hiver, dans un petit refuge ou une petite cabane.

Retour vers soi. Introspection. J’en sors plus fort. Lors d’un moment de calme, souvent avec un tapis de neige, sans vent, il devient possible d'entendre le silence absolu. La montagne protège du bruit direct, la neige étouffe les réverbérations et l’absence de vent favorise ce petit miracle…
Impressionnant. Magistral. Même un peu effrayant. Je n’ai pas les mots justes. Silence minéral. Il n’y a rien d’organique : que du rocher, de la neige, …. et soi (même si on est quand même organique 😊). Vous finissez par ne plus entendre que vous-mêmes. La respiration peut être réduite à son minimum, mais les battements de cœur ne peuvent être évités (ou bien, il y a problème ; il s’agit d’un autre silence). il n'y a plus que cela qui soit audible dans les oreilles.

Je ne pense jamais avoir connu cette sensation en un autre lieu. C’est magique. Soi-même face à l’immensité. Face à l’absolu. Face à soi-même.

Je n’ai jamais fait la réelle expérience du désert, mais j’imagine qu’elle doit être très similaire.
Je vous souhaite d’au moins une fois avoir la chance de le rencontrer. Ne dites rien, laissez-le vous enrober…

Le bonheur de l’hyperesthésique ?

Je ne pense pas que le silence absolu soit le bonheur de l’hyperesthésique. En tout cas pour moi.
J’aime entendre de belles choses; il y en a tant. Une belle voix, une belle musique. Le bruit des cigales et des criquets. Le bruit du vent dans les arbres, les oiseaux, le merle chanteur et l’alouette (instant privilégié)… Tant de bruits sont des régals.
Le silence absolu est une expérience intense, à vivre, à déguster.

Elle laisse des souvenirs.

 

PS: l'image d'entrée n'est pas manquante. C'est l'image du silence...

Écrire commentaire

Commentaires: 0